2011 - Voitures - Dérivés - Amphicar

 
Une séduisante voiture amphibie à moteur Triumph
 
 
AmphicarAvant la crise pétrolière et surtout avant l’avènement des normes sécuritaires et écologiques tout azimut, une période heureuse vit l'éclosion d'automobiles qui nous font encore rêver. Parmi les nombreuses voitures qui marquèrent cette époque bénie, comment ne pas citer le joli petit véhicule amphibie imaginé et construit en série dès 1961 par le Docteur Hans Trippel. C’est ce brillant ingénieur qui fut à l’origine des véhicules amphibies équipant l’armée allemande durant la seconde guerre mondiale.
L’Amphicar est avant tout un produit germanique, sérieux et solide, qui fait honneur à la qualité des produits d’outre Rhin, mais son moteur, emprunté à la Triumph Herald, est bien britannique. Pourquoi cette décision? L'industrie allemande, à cette époque et dans cette plage de cylindrée, n'avait guère d'autre choix à proposer que le moteur de la VW Coccinelle, dont le refroidissement à air convenait beaucoup mieux à l'aviation, alors que les bateaux s'accommodent bien naturellement du refroidissement à eau. Cela sans parler des multiples moteurs deux-temps, hégémoniques dans le parc automobile de la République fédérale allemande.
AmphicarLes moteurs français n’étaient pas assez ou trop puissants, donc lourds, les moteurs italiens certes performants étaient trop fragiles, d’où l’arbitrage final en faveur du moteur Triumph. Le poids de l'Amphicar limitait cependant sérieusement ses performances sur terre comme sur l'eau. Mais robuste et doté d'un bon couple, le moteur de la Triumph Herald convenait fort bien à un bateau ! Pour couronner le tout, les gouttes d'huile que perdait ce moteur, dans la plus grande tradition britannique, servaient d'antirouille à la coque de ce navire tout acier. L’inverseur, le système d’entraînement des hélices, a été fabriqué par Hermes, l’un des manufacturiers des boîtes de vitesses Porsche.
Le style de l'Amphicar est un compromis entre le style italien de l'époque, représenté par la Floride Renault due au crayon de l’italien Pietro Frua et certains cabriolets comme la DKW, auquel on aurait greffé les inévitables ailerons pour plaire aux américains. En fait, ces ailerons s’avèrent bien utiles quand il s'agit de naviguer dans le clapot en protégeant la mécanique, le capot arrière étant largement pourvu d’ouïes de Amphicar Helicesrefroidissement.
Les accessoires propres aux navires, comme l’inverseur de commande des hélices, l’accélérateur à main, la pompe de cale, les feux de navigation, distinguent toutefois l’Amphicar de ses consœurs purement terrestres. Ces pièces sont devenues quasiment introuvables aujourd’hui. Notons la présence de portières conventionnelles, avec glaces descendantes et d’une capote facile à manœuvrer, assez rares sur les véhicules amphibies.
AmphicarSur route, la conduite de ce joli cabriolet à quatre places est semblable à celle de toutes les automobiles classiques de cette catégorie. Le rapport final de transmission, extrêmement court, entraine un régime moteur élevé et limite la vitesse. Le comportement routier est sain, la direction est précise mais les suspensions s’avèrent un peu fermes... sur terre.
Mais l’Amphicar révèle sa vraie personnalité dès lors qu’on approche d’une plage ou d'une rampe de mise à l'eau, pour le plus grand plaisir de ses occupants. La procédure de mise à l’eau de l’Amphicar reste simple et s’effectue tout en roulant :
  • verrouiller les deux portes latérales avec les poignées prévues à cet effet,
  • enclencher les hélices avec l’inverseur,
  • entrer ou plonger dans l’eau, selon que l’on aime le confort ou le spectaculaire,
  • mettre la boîte de vitesses au point mort,
  • régler le régime moteur avec l’accélérateur à main,
  • naviguer, les roues avant servent de gouvernail,
  • savourer son bonheur.
L’Amphicar a naturellement hérité des caractéristiques des bateaux à moteur : le couple des deux hélices, tournant toutes les deux dans le sens des aiguilles d'une montre, privilégie les virages sur tribord (à droite).
Sortir de l’eau est tout aussi simple :
  • toujours sans s’arrêter, passer le premier rapport de la boîte de vitesses,
  • sortir de l’eau,
  • débrayer les hélices,
  • abandonner à regret la navigation et conduire à nouveau comme tout automobiliste.
Amphicar à VeniseL’Amphicar fut produite de 1961 à 1968 par le groupe Quandt, sur ses sites de Lübeck et de Berlin. Sur une production totale de 3.878 voitures, 3.046 furent exportées aux Etats-Unis. Les quatre coloris proposés à l’époque illustraient parfaitement le programme ludique de ce cabriolet vous invitant au plaisir sur la terre comme sur l’eau : Beach White, Regatta Red, Lagoon Blue et Fjord Green.
En 1968, les nouvelles normes américaines mirent un terme à l’importation des Amphicar et précipitèrent la fin d’une aventure originale. Devenue rare, l’Amphicar est très recherchée. Sur les presque 4.000 exemplaires produits, seuls 700 exemplaires auraient survécu. Chez les amphibies, la lutte pour la survie est terrible : les modèles mal entretenus ou corrodés ont soit coulé, soit été canibalisés ! Tous les modèles viables ont été restaurés et le marché est devenu très fermé. Gordon Imports, l’importateur installé à Santa Fe Springs en Californie, a racheté le stock de pièces du constructeur et demeure de fait la seule source d’approvisionnement en pièces détachées.
Et voilà. Cette saga vous confirme les qualités exceptionnelles des moteurs Triumph, Bien qu’anglais, ces moteurs « so british » n’ont-ils pas une vocation universelle ?
Caractéristiques
AmphicarMoteur

  • 4 cylindres en ligne
  • alésage : 69,3 mm, course : 76 mm - cylindrée : 1.147 cm3
  • compression : 8 : 1
  • puissance maxi : 40.2 CV SAE (38.3 CV DIN) à 4.750 t/mn
  • couple maxi : 8.19 Mkg SAE (7.8 Mkg DIN) à 2.500 t/mn
  • arbre à cames latéral, soupapes en tête
  • installation électrique : 12 V – batterie : 32 Ah
Transmission

  • roues AR motrices
  • terre : manuelle 4 vitesses synchronisées + marche arrière
  • eau : 1 avant + 1 arrière. Deux hélices en nylon
Châssis
  • suspension AV : indépendante, bras oscillants, jambes élastiques
  • suspension AR : indépendante, bras oscillants, jambes élastiques
  • direction à vis et à galet (Gemmer)
  • freins AV & AR à tambours
  • pneumatiques 6.40 x 13"
Dimensions principales
  • empattement : 210 cm
  • voie AV : 121.2 cm
  • voie AR : 126 cm
  • longueur : 433 cm
  • largeur : 156.5 cm
  • hauteur : 152 cm
  • poids à sec : 1.000 kg
  • diamètre de braquage : environ 11 m
Capacités

  • radiateur : 7 l
  • huile : 4.5 l
  • essence : 47 l
Performances
  • puissance au litre : 33.4 CV DIN / litre
  • rapport poids/puissance : 26.1 kg / CV DIN
  • vitesse maximum sur terre : 120 km/h
  • vitesse maximum sur l'eau : 7 noeuds ou 13 km/h
  • consommation d'essence : 9 l / 100km (terre), 11,5 l / h (eau)
 
Amphicar 13 Eclate