Quoi de neuf ?

0000 Derniers Articles 1 France 1 Verte
2017 TR Euromeeting 1 0000 Drapeau Espagnol 1
0000 Forez Acte 3 1 France 1 Verte
0000 Vichy 1 France 1 Verte
2018 Franco Suisse 1 0000 Franco Suisse 1
2018 Event 1 0000 Champagne 1
2016 Entente Cordiale 1 France 1 Verte
0000 Splendida Sicilia 1 0000 Drapeau Italien 1
Imprimer Envoyer

2018 Auvergne Haut Allier Z Bandeau 1Auvergne 

Au fil du Haut-Allier

Dimanche 14 soctobre 2018

Jean-Paul Lamy

 

C’est la dernière sortie de l’année, magistralement organisée par Pascal et Jean-Louis. Le point de départ et celui de retour sont trop éloignés, au sud de Clermont-Ferrand, aux confins du Puy-de-Dôme, de la Haute-Loire et du Cantal, mais cela ne décourage pas les équipages inscrits.

Les prévisions nous annonçaient une vilaine météo : pluie et vent méchamment associés. Heureusement il n’en est rien, seul le vent déchaîné, avec de fortes rafales, remplace les giboulées annoncées. Lge ciel demeure un peu bas, mais il ne pleut pas, hormis quelques marrons quand les voitures sont garées sous les arbres. Merci le vent !

La Grange-Fort     

Tous les participants sont bien là, au lieu et à l’heure du rendez-vous, sauf l’organisateur. Il finit par arriver, manque de pot, son échappement a des velléités d’indépendance. Rouge de honte, la voiture est roulante après un bricolage de fortune.

Small is beautiful ! Nous sommes peu nombreux et le petit convoi est hétéroclite. Il y a quand même trois Triumph, la Spitfire de Pascal ouvre la marche, suivie de la dernière acquisition de Jean-Jacques, une très belle TR6 PI, puis de la TR3A de Jean-Pierre. La frêle Caravelle s’intercale, devant la petite MG et deux compères, enfin le colossal taxi allemand ferme la marche.

         
    Cliquez sur les images pour les agrandir.    
2018 Auvergne Haut Allier Grange Fort (2)   2018 Auvergne Haut Allier Grange Fort (13)   2018 Auvergne Haut Allier Grange Fort (3)
         
 2018 Auvergne Haut Allier Grange Fort (14)   2018 Auvergne Haut Allier Grange Fort (4)   2018 Auvergne Haut Allier Grange Fort (15)
         

Isolée sur une hauteur au fond d’un bois, la Grange-Fort est un drôle d’endroit qui abrite un concept nouveau : le château camping ! Son bar nous attend pour le petit déjeuner, avant de visiter les lieux.

Le château est immense, agrandi et restructuré au fil des siècles. L’incontournable Viollet-le-Duc est passé par là et la bâtisse ressemble plus à un décor de cinéma qu’à un témoin historique des temps passés. Le château a une apparence bien anglaise, avec ses pseudo fortifications néo romantiques, mais en fait il serait de pur style italien. On ne demande qu’à croire notre mentor !

         
2018 Auvergne Haut Allier Grange Fort (5)   2018 Auvergne Haut Allier Grange Fort (6)   2018 Auvergne Haut Allier Grange Fort (10)
         

Nous visitons la petite chapelle avant de monter au sommet du donjon pour profiter du panorama sur la plaine de l’Allier. Nous gravissons les interminables petites marches de l’étroit escalier à vis, raide et non éclairé. Les spécialistes que nous sommes repèrent que l’escalier tourne dans le mauvais sens, car les défenseurs droitiers devaient disposer d’un espace suffisant pour repousser l’assaillant en utilisant leur épée.

2018 Auvergne Haut Allier Grange Fort (8)   2018 Auvergne Haut Allier Grange Fort (9)  2018 Auvergne Haut Allier Grange Fort (1)     2018 Auvergne Haut Allier Grange Fort (11)   2018 Auvergne Haut Allier Grange Fort (12)
                 

Une fois en haut, le fort vent reprend ses droits. Tout le monde se retrouve au sommet de la plus haute tour, sauf notre Jean-Pierre qui comme à l’accoutumée, préfère une bonne cigarette au ras du plancher des vaches. Une mauvaise langue va même jusqu’à insinuer que la cage d’escalier est trop étroite pour lui. Quelle perfidie de la part d’un ami !

Du haut du donjon, nous admirons d’un côté le village du Broc, de l’autre le célèbre mur d’Usson. N’en parlons plus, nous l’avons déjà franchi il y a déjà quelques années.

Le long de l’Allier

Qu’elles sont jolies, les routes de notre pays ! Nous roulons le long de la vallée de l’Allier, assez sauvage, alternant gorges encaissées et vastes zones plates inondables. Nous rencontrons beaucoup de vaches sans cornes, leur petit toupet en haut du front les rendant ridicules. Que sont devenues nos magnifiques Salers brunes avec leurs élégantes cornes en forme de lyre ? Où sont nos coquettes Aubrac avec leurs grands yeux maquillés ?

Lavaudieu

2018 Auvergne Haut Allier Z Bandeau 2Le convoi aborde le site Lavaudieu par un chemin détourné et nous avons le bonheur de traverser le village le long des rues pavées à l’ancienne. Comme tout dimanche sans doute, l’église et le cloître sont fermés, l’office du tourisme aussi ! Chers visiteurs, n’oubliez jamais qu’un vrai pèlerinage s’effectue en semaine et si possible au mitan des heures ouvrables !

         
2018 Auvergne Haut Allier Lavaudieu (3)   2018 Auvergne Haut Allier Lavaudieu (2)   2018 Auvergne Haut Allier Lavaudieu (1)
         

Saint-Ilpize

Notre route nous conduit au pied du village haut perché de Saint-Ilpize. Malheureusement, nous n’avons guère le temps de visiter tous les sites qui jalonnent notre parcours, mais cela donne une irrépressible envie de revenir un jour visiter ces lieux atypiques.

Nous franchissons la rivière sur le pont de Villeneuve-d’Allier. Mais une seule voiture à la fois peut s’engager sur la voie unique de cet ouvrage d’un autre âge. Chacun attend patiemment son tour !

         
2018 Auvergne Haut Allier Trajet Lamothe   2018 Auvergne Haut Allier Trajet St Ilpize   2018 Auvergne Haut Allier Trajet Villeneuve
         

Lavoûte-Chilhac

Au terme des nombreux lacets de la route qui longe la rivière, nous entrons dans le vieux bourg, puis franchissons le pont pour pénétrer au cœur de la cité, enfermée dans un spectaculaire méandre de l’Allier. Sur place, on ne devine guère cette curiosité géologique, allez donc la découvrir sur Internet !

         
2018 Auvergne Haut Allier Lavoute Chilhac) (2)   2018 Auvergne Haut Allier Lavoute Chilhac) (3)   2018 Auvergne Haut Allier Lavoute Chilhac) (1)
         

La grande abbaye occupe la quasi-totalité de la presqu’île formée par la rivière. On se promène dans le village, en passant sous les tonnelles, on grappille en passant quelques grains d’un raisin plus ou moins sauvage. Un saumon roi en bois trône dans le parc tel un jouet. Professionnel du manège, Jean-Pierre s’empresse de chevaucher cette attraction originale.

         
2018 Auvergne Haut Allier Lavoute Chilhac) (4)   2018 Auvergne Haut Allier Lavoute Chilhac) (5)   2018 Auvergne Haut Allier Lavoute Chilhac) (6)
         

Ici, l’église est ouverte et nous pouvons découvrir cet imposant édifice, bien conservé et entretenu au fil du temps. A Lavoûte-Chilhac, l’office de tourisme est ouvert, sa porte tout au moins, mais il n’y a personne ! Pourvu qu’il ne vienne pas à d’éventuels touristes l’idée de passer par ici !

         
2018 Auvergne Haut Allier Lavoute Chilhac) (7)   2018 Auvergne Haut Allier Lavoute Chilhac) (8)   2018 Auvergne Haut Allier Lavoute Chilhac) (9)
         

Ally

Changement radical de décor, nous quittons la vallée pour nous rendre sur le plateau d’Ally-Mercœur. Quelle est belle cette montée, depuis les gorges encaissées de l’Allier jusqu’aux premières steppes, aux portes de la Margeride !

La TR6 « pays » de notre ami respire mal, elle a ses vapeurs ! Au fil des kilomètres, Jean-Jacques s’inquiète. Il établit l’inventaire de moult petits problèmes, coups de pompe entre autres. Son souci : pourra-t-il rentrer ce soir ? Mais c’est sans compter sur la solidarité du groupe. Son apport technique et surtout moral fait que tout se passe bien.

Nous investissons l’auberge campagnarde d’Ally, déjà bien occupée. Le menu typique du pays roboratif à souhait nous attend, pour le plus grand malheur d’une équipière végétarienne, mais chut… On l’a vu faire quelques légères entorses à ses convictions. Certaines âmes sensibles, redoutant l’agneau, s’enhardissent même à le goûter. Ils ont ensuite l’honnêteté de reconnaitre que leurs préjugés remontent à des temps que les moins de vingt-ans… Enfin charcuterie de pays, blanquette d’agneau, pommes boulangères et dessert font l’unanimité.

Après le café, petite marche digestive jusqu’au moulin du calvaire, moins de cent mètres de là. Comme la photo nous permet de le découvrir, notre animateur de région, encadré de deux larrons, nous propose une version revisitée du Golgotha.

Mais l’heure est à la visite du plateau d’Ally, de son vieux moulin et de son grand parc d’éoliennes, sous l’égide d’une excellente guide. Elle est jolie, accueillante et surtout compétente.

         
2018 Auvergne Haut Allier Ally (1)   2018 Auvergne Haut Allier Ally (2)   2018 Auvergne Haut Allier Ally (3)
         

Nous savons désormais tout sur une éolienne : sa semelle en béton, son fût d’acier entre quatre parties boulonnées, sa volumineuse nacelle haut-perchée, ses pales orientables en fibre de carbone. L’éolienne, comme les moulins à vent d’antan, s’oriente face au vent pour fonctionner. Alors, pourquoi notre guide prétend-t-elle que cette technologie a le vent en poupe ?

Dommage que le développement des éoliennes ne soit pas français, les machines sont importées et leur mise en œuvre est assurée par une entreprise canadienne. Le lobby nucléaire national verrait-il là une concurrence indésirable ? Mais sur place, on peut parler au grand jour d’économie souterraine, tous les câbles ont été enfouis.

Côté écologique, on vous le dit, tout a été envisagé, étudié et planifié. Pour la LPO (Ligue de Protection des Oiseaux), les éoliennes ne sont pas contre-indiquées, les volatiles respectent scrupuleusement les couloirs aériens imposés. Mais le MEUH-DRAC (Mouvement Ecologiste Unitaire Humaniste - Défense des Ruminantes Auvergnates et Consœurs) n’a pas été consulté. Pourvu que ce mépris des valeurs du sol ne devienne pas un prétexte pour quelques enragés, des zadistes risquant de transformer la Margeride en zone à défendre !

Enfin, écologiquement toujours, on nous affirme que le démantèlement à terme de ces pylônes à la gloire d’Eole est prévu. Faute de retour d’expérience et avec un brin d’optimisme, on ne demande qu’à le croire.

Massiac

L’heure avance et nous avons rendez-vous dans les gorges de l’Alagnon. La descente du plateau d’Ally vers la vallée est un véritable régal. Belle route quasi déserte, vue imprenable !

Dans le bourg de Massiac, on découvre un curieux quidam qui fait signe à nos voitures. Non, ce n’est pas un auto-stoppeur en quête d’un carrosse à son goût, c’est notre ami Marcel, tapi en embuscade, qui nous fait cette agréable surprise. Il nous rejoint avec Nathalie à Blesle.

Blesle

La visite de la brasserie artisanale « La Demoiselle » est au programme. Nous sommes tous là, sauf le maître brasseur que l’on attend. Nous en déduisons que l’organisateur possède au moins deux montres, mais de grâce, qu’il en choisisse une !

Comme à la foire, Marcel meuble cette attente en nous faisant profiter d’un tour de prestidigitions : la manœuvre du toit escamotable de son petit cabriolet japonais. Cela laisse toujours rêveurs les amateurs de Triumph, toujours confrontés au pire moment au délicat maniement des capotes anglaises.

Enfin, le sympathique brasseur arrive. Nous visitons son atelier qui n’aurait pas décontenancé Mc Gyver. Le dernier ménage digne de ce nom doit remonter à plusieurs décennies, mais malgré la poussière et les toiles d’araignées, l’usine à bière fonctionne. C’est un trio qui fait marcher la brasserie : le brasseur, son associée et surtout le chat, très convivial avec les visiteurs, mais soi-disant intraitable avec les prédateurs des stocks de graines.

Le brasseur, très décontracté, nous fait l’historique de la bière, boisson séculaire, avant de nous initier aux secrets de sa fabrication. Nous avons droit à tout : goûter moult graines de malt, renifler les emballages prétendus vides qui sentent le houblon comme des pieds, admirer un pêle-mêle de citernes et de tuyaux comme dans un scénario de science-fiction du XIXème siècle. Nous apprenons beaucoup. L’épi d’orge bio poilu est renommé pour produire un bon malt. Le houblon est un stabilisateur reconnu qui permet de rehausseur le goût de la bière à condition de séparer les fleurs femelles, les seules productives, des fleurs du mâle.

         
2018 Auvergne Haut Allier Blesle (1)   2018 Auvergne Haut Allier Blesle (2)   2018 Auvergne Haut Allier Blesle (3)
         

 Le cycle de production de la bière, de l’eau chaude à sa consommation, serait d’au moins six semaines. Cette information n’échappe pas à Patrice qui, avec sa mauvaise foi coutumière, veut faire avouer à ce pauvre brasseur qu’il ne travaille pas beaucoup. Meunier tu dors !… Sans l’avouer, Patrice est un redoutable enquêteur ! Heureusement, la dégustation de la bière locale, tant attendue, met fin à un questionnement sans issue. Nous sommes confrontés à cinquante nuances de bières, blanches, ambrées et brunes. Certains ne résistent pas à la fièvre acheteuse. Les verres enfin vides, nous ressortons de la brasserie artisanale. Quelques participants, partisans d'un artisanat écolo-compatible élargi, suggèrent qu’à l’avenir on visite plutôt une rhumerie, histoire de changer !

Comme l’heure avance et le jour recule, deux équipages venus de loin nous quittent. Les autres retournent au centre du bourg de Blesle, désert ce dimanche soir, balayé par les rafales de vent. Rendez-vous chez le célèbre instituteur Klein à « La Bougnate », haut-lieu de la région s’il en est, pour le pot de détente. On y parle de la sortie d’aujourd’hui, mais aussi du programme de l’année prochaine.

L’endroit est magnifiquement restauré, mais les années s’efforcent d’effacer progressivement les traces du renouveau. En regardant l’état des sols, Isabelle, devenue récemment vendeuse d’aspirateurs, retrouve sa faconde. Elle fait la promotion de solutions performantes, capables d'aspirer les joints et propose des rendez-vous d’essai. Comment résister à une telle offre ? Belle ambition que de promettre à tous une vie meilleure sur des des carrelages propres enfin fréquentables !

         
2018 Auvergne Haut Allier Blesle (7)   2018 Auvergne Haut Allier Blesle (5)   2018 Auvergne Haut Allier Blesle (6)
         

Mais l’heure tourne et la nuit tombe. La route sera encore longue pour la plupart, par la vallée de l'Alagnon puis l'autoroute complètement embouteillée vers Issoire.

Et demain ?

On ne se lasse jamais de la haute vallée de l’Allier ni des hauts plateaux d’Auvergne, nos toundras régionales. La pluie promise eu la gentillesse d’épargner notre convoi, mais à cause du vent personne n’aura décapoté. Pas de pannes réelles, juste quelques alertes sans conséquences.

Bravo à Pascal et à Jean-Louis : une belle organisation discrète et efficace, un parcours routier de rêve, des animation originales. Que demander de mieux ? Merci et à refaire !

         
0000 Road Book              0000 Participants               0000 Video
         Soyez patient
Réservé aux Membres   Réservé aux Membres   Temps de chargement
        assez long
         

 
Imprimer Envoyer

0000 Panorama AuvergnePlaque AuvergneDes vallées aux estives

Dimanche 9 septembre 2018

Jean-Paul Lamy

 

Les trois conditions complémentaires requises pour qu’une sortie soit réussie sont bien réunies : le beau temps, le beau temps et le beau temps !

La chance est est décidément de notre côté, nous garons nos voitures sans difficulté sur la place de Champeix, d’habitude assez encombrée. Avec leur Triumph bien connue, nos amis sont là. Les Martin’s aussi avec leur MG, Jean-Pierre et son amie sur Morgan. Parmi toutes ces belles petites Anglaises découvrables, deux Renault modernes sont courtoisement tolérées : l’Espace de nos nouveaux membres Mireille et Jean-Jacques, qui attendent avec impatience la livraison de leur Triumph TR6 PI « Royal Blue » et la banale Laguna d’Agnès et Jean-Paul. Leur Caravelle leur rappelle, de temps en temps, qu’elle a les roues réellement indépendantes.

Eric, organisateur de cette sortie avec Agnès, est aujourd’hui le maître du temps. Il ne peut que constater l’inertie d’un groupe. Comme pour tout bon animateur, le respect d’un horaire est un combat de tous les instants. Mais il fait preuve d’un calme imperturbable, bravo !

Après le petit déjeuner, départ exotique en terre inconnue pour certains, les steppes du Cézallier. Ce pays lointain, pourtant à nos portes, alterne des vallées, des estives, que l’on redécouvre toujours avec bonheur. De jolies petites routes désertes, quelques passages sous les frondaisons, des prairies à perte de vue avec pour toile de fond les monts du Sancy et du Cantal. Beaucoup de vaches aussi, de toutes races. Malgré un beau soleil, l’air du matin reste un peu frisquet, les voitures roulent capotées en ce début de journée. 

 

Cliquez sur les images pour les agrandir.

2018 Auvergne Cezallier (1)Les esthètes de notre club adorent rouler sans avoir une autre voiture devant eux, aiment profiter d’une vue dégagée, évitent la pollution d’échappements si peu écologiques : liberté chérie ! Mais c’est un rêve inaccessible dès lors que l’on circule en groupe. Sacrée contrainte : on ne peut pas toujours pleinement satisfaire ses envies… Alors le convoi fait preuve d’une grande élasticité, au risque même de se rompre… cela arrive !

Au terme d’une étape d’une cinquantaine de kilomètres le long de petites routes que beaucoup d’entre nous découvrent, les autos se garent pêle-mêle entre le château et l’église de Villeneuve-Lembron. Nous visitons les écuries dont les décors peints ont résisté aux outrages du temps et ont été partiellement restaurés. Un petit tour dans le jardin pour la traditionnelle photo de groupe devant la fontaine, mais il en manque toujours quelques-uns. Nous retrouvons vite les absentes, elles ont préféré la compagnie de la petite chienne format boîte à gants, bien dressée et si facile à maîtriser, on les comprend ! Ah ces Arvernes, toujours rebelles, éternels râleurs, mais bien sympathiques résistants !

         
2018 Auvergne Cezallier (1)   2018 Auvergne Cezallier (2)   2018 Auvergne Cezallier (3)
         
2018 Auvergne Cezallier (4)   2018 Auvergne Cezallier (6)   2018 Auvergne Cezallier (5)
         

Bravo les organisateurs, comment ont-ils fait pour découvrir ces itinéraires inattendus, enfouis dans des vallées, puis débouchant par surprise sur de vastes panoramas ? Que de reconnaissances pour proposer un tel programme ! Éric, grand motard devant l’éternel, y est certainement pour quelque chose, merci les deux roues ! On enchaîne les lacets pervers, les virages vicieux, les rares fragments de ligne droite, sans jamais perdre de vue l’immensité des plateaux du Cézallier, nous sommes dans un autre monde.

Objectif : la butte de Brion qui domine le paysage. Foin des bouses de vaches, des trous qui minent la chaussée, adieu la chocolaterie abandonnée, notre caravane progresse dans les steppes. Nous grimpons sur la célèbre butte qui héberge une fois par an une foire hors du commun.

Nous garons nos voitures au beau milieu du pâturage. Georges soulève délicatement les jupes de sa pimpante TR5 PI « Valencia Blue » pour donner à Mireille et Jean-Jacques un aperçu du bonheur qui sera le leur à la fin de la semaine prochaine, dès qu’ils auront pris possession de leur belle auto. Encore un peu de patience, les amis !

         
2018 Auvergne Cezallier (7)   2018 Auvergne Cezallier (8)   2018 Auvergne Cezallier (9)
         

Le bistrot du coin nous attend, perdu au milieu du désert et auquel tout un chacun ne prêterait pas attention. Histoire de nous dérouter un peu, il se nomme « L’Ecir et l’Angélique ». L’angélique, vous aviez deviné, mais savez-vous que l’Ecir est le vent local glacial qui accompagne l’hôtesse des lieux dans sa cueillette écologique de plantes originales. Ce sont celles que vous retrouvez habituellement dans votre assiette, pour votre plus grand plaisir.

Hélas, pour notre repas de groupe, le savoir-faire artisanal de la patronne habituel n'est pas au rendez-vous et le mélange de riz et de légumes a plus réveillé les critiques que charmé les papilles. Pourquoi ne retrouve-t-on pas la finesse des plats approuvés lors de nos reconnaissances ?

Retour aux voitures. Les routes proposées sont toujours aussi originales et belles. Nous nous aventurons plus avant dans les steppes sauvages jusqu’au Luguet, sans doute le lieu le plus perdu du Cézallier. Heureusement, le porche de la chapelle locale est fermé par un lourd portail de bois, sinon Georges, flairant la bonne affaire, y aurait volontiers garé sa belle auto. Mais c’est la forge locale à l’ancienne qui nous attend.

Plus l’altitude est élevée, plus il fait frisquet dehors, plus on s’entasse avec un bonheur difficile à dissimuler dans les espaces les plus confinés, surtout s’ils sont chauffés. La forge nous accueille sur des bancs, comme de jeunes écoliers. L’homme de fer nous fait une belle démonstration : le « savoir-fer » à travers les âges, la finesse du marteau, la légèreté de l’enclume, la chaleur de l’âtre, le vent du soufflet en cuir (à chambres de compression multiples et ouverture des soupapes différée, pour un souffle continu).

Notre hôte est un grand communiquant, forgé aux dernières techniques du chaud-business. Pour sa démonstration, il fait appel à des volontaires dans la salle. Il constate que les fayots du premier rang se font soudainement très discrets, voire tout petits. Seuls Eric, Georges, Jean-Pierre et Jean-Paul se relayent pour activer l’impressionnant soufflet. Notre shérif, qui n’a pas voulu activer le soufflet, admire Jean-Pierre ranimant la flamme et baptise l’arpette d’un jour : « Souffleur de Charmes ». Bien vu !

         
2018 Auvergne Cezallier (10)   2018 Auvergne Cezallier (11)   2018 Auvergne Cezallier (12)
         
2018 Auvergne Cezallier (13)   2018 Auvergne Cezallier (14)   2018 Auvergne Cezallier (15)
         
  2018 Auvergne Cezallier (19)   2018 Auvergne Cezallier (20)   2018 Auvergne Cezallier (17)   2018 Auvergne Cezallier (18)
               

Clou du spectacle, le forgeron forge un clou, si, si, chapeau l’artiste ! Heureusement, la forge à l’ancienne sait se montrer accueillante et nous offre le verre de l’amitié. Nous sommes au bout du monde, dans un atelier d’un autre âge. Nous bénéficions d’une vue splendide sur un désert vert, sous un soleil bienvenu. Que doivent être ces plateaux isolés en hiver, loin de notre civilisation trépidante ?

2018 Auvergne Cezallier (16)Bons Gaulois, nous quittons les hauteurs pour redescendre dans la plaine. Nous traversons Ardes-sur-Couze avant de rejoindre Saint-Germain-Lembron, dernière étape de notre périple. Tous nos amis auvergnats connaissent bien le bar « Le Paris », point de départ ou de retour de nombreuses sorties. Comme à l’accoutumée, nous réaménageons la terrasse de l’établissement à notre goût, le Triumph Club de France Auvergne, c’est comme ça !

Nous suivons avec plaisir les gorges de l’Alagnon pour rejoindre le monde moderne. Nous admirons au passage les châteaux perchés sur les rives du torrent : l’antique forteresse de Léotoing et la villégiature de Torsiac. Tout le monde rentre à bon port, belle journée !

Merci encore à Agnès et Eric, on leur fait entièrement confiance pour nous organiser de belles sorties, on ne change pas une équipe qui gagne !

0000 Road BookAttention : 2 pages.

 

 



 
Imprimer Envoyer

2018 Forez Z Bandeau (1) Plaque Rhone AlpesPlaque Auvergne 

Samedi 25 et dimanche 26 août 2018

Christine Lacan et Jean-Paul Lamy

2018 Forez Z Bandeau (2)

0000 Lire Article

 


 

 
Imprimer Envoyer

0000 Panorama Auvergne   

AuvergneEchappée belle dans le Sancy

 

Dimanche 19 août 2018

Jean-Paul Lamy

 

Si vous recherchez des emplacements exceptionnels, faites comme la région Auvergne du Triumph Club de France, confiez l’organisation de votre sortie à un expert immobilier. Nous expérimentons cette approche inédite et nous ne sommes pas déçus.

 

Cliquez sur les images pour les agrandir.

2018 Auvergne Pique Nique (12)La Route du Sancy

Tout commence à l’ouest de Clermont-Ferrand, sur un parking délaissé peu fréquenté ce dimanche d’été : accès direct à la route nationale, site intéressant, beau potentiel à aménager. Des amis habitant ce secteur viennent admirer nos anciennes.

A l’heure convenue, nous sommes tous là, sauf deux équipages des montagnes qui préfèrent rester sur les hauteurs, plutôt que condescendre à s’abaisser en direction de la capitale auvergnate. Nous nous retrouvons tous au milieu du marché d’été d’Orcival, pour un café-croissant. Comme à l’accoutumée, le club réorganise la minuscule terrasse du bistrot à son goût, tradition oblige.

A bord de onze voitures, vingt-deux passagers suivent Jacques, leader de cette journée prometteuse. Nous rejoignons Murat-le-Quaire par de petites routes fort agréables, alternant splendides panoramas sous un soleil brûlant et sous-bois rafraichissants. Avec une modestie difficile à cacher, les plus blasés d’entre nous, fins connaisseurs de l’Auvergne profonde, sont obligés d’admettre qu’ils découvrent des itinéraires inconnus. Excellent message pour l’avenir : il reste des espaces de liberté à conquérir !

         
2018 Auvergne Pique Nique (13)   2018 Auvergne Pique Nique (14)   2018 Auvergne Pique Nique (16)
         

Nous traversons Le Mont-Dore puis La Bourboule, hauts-lieux du thermalisme auvergnat. Heureusement, notre organisateur connaît intimement cette région et grâce à de judicieux raccourcis, nous contournons l’inévitable blocage du centre-ville, la foule du mois d’août étant bien là.

Notre convoi est cosmopolite. Du fait de son arrière surélevé, peut-être aussi en raison de la taille de ses occupants, on ne voit pas nos amis dans leur coquette MGF, cela fait un drôle d’effet de suivre une voiture fantôme. Forte d’une regrettable expérience passée, la Ford Mustang fait méticuleusement le tour des inévitables bouses, histoire de ne plus souiller dorénavant sa belle carrosserie. Le bruit de chalutier de son gros moteur réveille de vieux souvenirs aux quelques marins présents.

A bord des autres voitures, c’est un véritable concours d’élégance. Qui arbore le chapeau de paille le plus original, qui exhibe le plus beau canotier ? Celui de l’homme de Charmes surplombe de loin le pare-brise de sa Morgan surbaissée. Dès que l’on met pied à terre, la petite chienne blanche part à la recherche de son ami Jean-Pierre, tirant frénétiquement sur la laisse, entrainant sa maîtresse Maryline. Légitimement fiers d’une aventure hors du commun, Laurence et Jean-Jacques savourent les délices du soleil après les frimas du cercle polaire. Agnès et Jean-Paul, avec leur fille Juliette, veillent sur deux de leurs petits-enfants.

2018 Auvergne Pique Nique (17)Le choix de l’emplacement du pique-nique est magnifique, parfait. Notre spécialiste de l’immobilier fait un sans-faute. Le stationnement s’avère facile, malgré la présence de gros cubes blancs peu discrets : les camping-cars, mais comment s’en affranchir radicalement dans un Etat de droit ? Tables et bancs de bois nous attendent sous quelques frondaisons, le tour d’un petit lac est là pour la marche digestive, la vue sur les monts du Sancy et plus particulièrement la Banne d’Ordanche font de cet endroit un site exceptionnel. Emménagement immédiat, pas de travaux à prévoir, on se sent tout de suite chez soi.
 

La route du Rhum

Agnès et Jean-Paul proposent un solide punch planteur pour l’apéritif, bien frais et servi à la louche. Les bouteilles de rosé et consorts apportés par tout un chacun et déjà sorties de leur glacière attendront quelque peu, mais pas trop ! Chacun sort son repas du sac. Le commun des mortels admire les dieux du pique-nique qui installent le mobilier adéquat, tables et fauteuils pliants quasiment neufs, tout confort, ayant peu servi. Qui se douterait que de tels salons d’été trouvent leur place dans le coffre d’une Triumph ? Etalés sur l’herbe, les plaids estampillés Triumph ont du succès, hélas ils se ressemblent tous ! Les petits enfants qui nous accompagnent s’adonnent à l’escalade de rochers judicieusement mis à leur disposition. Quel bonheur de jouer aux Arvernes avec les menhirs neufs et à leur échelle !

         
2018 Auvergne Pique Nique (6)   2018 Auvergne Pique Nique (11)   2018 Auvergne Pique Nique (18)
         
2018 Auvergne Pique Nique (2)   2018 Auvergne Pique Nique (1)   2018 Auvergne Pique Nique (3)
         
2018 Auvergne Pique Nique (19)   2018 Auvergne Pique Nique (20)   2018 Auvergne Pique Nique (5)

 
 

La route du Café

Les discussions vont bon train jusqu’à l’étape suivante, attendue avec impatience, le café ! Hélas, les Dieux en ont décidé autrement ! Le rhum oui, le café non !

La paillotte du coin refuse de servir un café à des pique-niqueurs de passage qui ne déjeunent même pas dans leur fier établissement, voyons ! Nous approchons plusieurs autres bars à la recherche de ce café tant désiré. Peine perdue… Pour que les touristes aient droit à un simple café, les Offices de Tourisme de la région ont encore beaucoup de grain à moudre !

Un peu de culture dans cet univers sauvage. Notre mentor du jour, éminent spécialiste du bâti, veut nous faire partager les charmes cachés du Sancy. Tout d’abord, une œuvre artistique laisse nos amis indifférents, voire sceptiques : une mini foret artificielle. Certains y voient des porte-manteaux géants, voire un parc d’éoliennes paléolithiques, d’autres moins poètes et plus impliqués dans le recyclage identifient des traverses de chemin de fer dressées et garnies de fausses branches en matériaux de récupération. Dur, dur d’être l’organisateur qui propose une ouverture culturelle au-delà du sordide quotidien ! La critique est facile mais l’art est difficile.

Un bonheur n’arrivant jamais seul, il faut sacrifier à la mode « nature et découverte ». La visite d’un « tra » local, abri rustique de nos ancêtres, espèce de terrier semi-enterré surmonté d’une charpente de fortune fait l’affaire. Bien sûr, cet aïeul de nos célèbres burons n’a pas résisté aux siècles, mais les spécialistes de l’immobilier à travers les âges ont réussi un une campagne promotionnelle d’actualité : construire une ruine neuve comme appartement témoin.

         
2018 Auvergne Pique Nique (15)   2018 Auvergne Pique Nique (7)  2018 Auvergne Pique Nique (9)  
         

 

La route de la Soif

L’heure du café résolument dépassée, il faut penser à se rafraichir. Rouler en plein air, même à vitesse modérée (nous ne dépassons jamais les quatre-vingts kilomètres heure désormais réglementaires) donne soif sous un soleil ardent.

Notre expert immobilier connaît bien le marché local, notamment les sites les plus recherchés. Après un détour pour ravitailler (car le plein est vide, bravo l’organisateur), il délègue le commandement du convoi à un adjoint recruté pour l’occasion. Ce dernier, fort discipliné et très respectueux des instructions reçues, nous conduit jusqu’au lac Chambon, le Saint-Tropez Auvergnat. Il est vrai qu’au plan immobilier, l’emplacement a toutes les qualités : approche balisée, endroit fréquenté, exposition parfaite, bord de lac, vue dégagée sur les montagnes alentours, tous commerces et toutes facilités. Cherchez l’erreur !

2018 Auvergne Pique Nique (23)La foule d’un dimanche d’août ensoleillé transforme cet endroit paradisiaque en enfer. Impossible de garer une voiture sans écraser un ou plusieurs vacanciers, alors que faire avec notre convoi ? Après avoir dégusté de l’embouteillage estival auvergnat, la décision est prise : le leader du moment donne rendez-vous en-haut de Saint-Nectaire, sur le parking devant la basilique romane, pour prendre le verre de l’amitié. Le message est si bien reçu que tous les équipages, plutôt que de monter vers le sanctuaire, s’engluent dans la ville basse, au milieu des échoppes d’un marché improvisé, puis descendent la route bien encombrée jusqu’à trouver une terrasse accueillante. Ironie du sort, seul notre ancien shérif, guide du moment, se retrouve isolé sur le parking désert de la basilique : il ne sera pas sauvé par des signaux de fumée, mais par la magie du téléphone portable.

Nous réussissons tant bien que mal à garer les voitures de manière éparpillée, car la foule est dense dans la métropole du fromage. Nous sacrifions donc à la tradition du pot de détente dans la cité thermale. Finalement, l’emplacement est plus accessible que les rives du lac Chambon. Certes, le site n’est pas aussi enchanteur, mais nous sommes bien installés à l’ombre sous les frondaisons. Les petits enfants profitent bruyamment des tobogans et autres des jeux mis à leur disposition. Les discussions vont bon train et Agnès présente la prochaine sortie de septembre qu’elle organise avec notre ami Eric. Convaincante, elle réussit à recruter de nouveaux participants.

         
2018 Auvergne Pique Nique (22)   2018 Auvergne Pique Nique (24)   2018 Auvergne Pique Nique (21)
         

Nous avons l’heureuse surprise de voir apparaître Nathalie et Marcel, sortis d’on ne sait où. Ils viennent en voisins nous dire un petit bonjour. Sacré Marcel, il souffre de côtes brisées, mais il surmonte sa douleur et c’est au volant d’une Triumph TR6 bien virile, dépourvue du confort moderne et surtout de direction assistée qu’il nous rejoint, bravo l’artiste ! Mais comment lui interdire de travailler sur une grande échelle, ce n’est plus de son âge ! Mal lui en a pris : il est l’heure de remiser les vélos, pas de les décrocher pour s’en servir comme un jeune ! Ah nostalgie, quand tu nous tiens !

  

La route du retour

Chacun reprend sa route. Pour peaufiner sa solide réputation de râleur émérite, Patrice nous abandonne derechef et part rejoindre ses pénates dès qu’il peut s’extraire de la foule du lac Chambon. Il ne reconnait plus « son Auvergne », jusque-là si intime et déserte. Les autres Gaulois, plus patients, profitent du pot de détente avant de retourner dans la plaine.

Bref : beau programme, belle météo, beau parcours, pique-nique sympathique. Visite de sites immobiliers antiques, déjà célèbres ou prometteurs. Conjuguer immobilier et dynamisme est du grand art. Merci Jacques ! A refaire !

2018 Auvergne Pique Nique (25)

Prochaines sorties

  • Forez Acte III - samedi 25 et dimanche 26 août organisé par la région Rhône-Alpes
  • Cézallier ou le Far Centre - dimanche 9 septembre
  • Le Haut-Allier - dimanche 14 octobre
  • Déjeuner de fin d’année - samedi 15 décembre

Venez nombreux

     
0000 Participants             0000 Road Book

 


 
Imprimer Envoyer

0000 Panorama AuvergneAuvergnePlein sud : Cézallier Cantal et Aveyron

Samedi 30 juin et dimanche 1er juillet 2018

Jean-Paul Lamy

 

Faut-il changer ? Le bar « La Montagne » d’Issoire est-il toujours le point de ralliement idéal ? On peut en douter car ce samedi matin c’est jour de marché, impossible de se garer. La fleuriste qui jouxte le bar laisse s’effondrer l’échafaudage qui lui sert de présentoir, heureusement sans dégât pour les voitures alentours. Tout le monde est bien là : vingt-deux personnes à bord de douze voitures prennent la route en direction du Cézallier sous une température déjà caniculaire.

2018 Auvergne Cantal Cezallier Panorama

Le convoi roule vers le Cézallier et l’altitude monte, monte, monte, la température aussi ! Le trajet de Saint-Germain-Lembron à Allanche est à inscrire au patrimoine mondial de l'Unesco, c’est une étape d’anthologie. Une petite route sinueuse comme on les aime, des paysages à couper le souffle ! Allanche : la vache sacrée trône bien sur la place du village. Mais où est passé Jean-Louis ? Il est parti dare-dare à la recherche d’une fontaine car un cloaque de bouses bien fraiches a eu raison de des atoûts arrière la jolie Mustang. Il rend à sa belle américaine une propreté de bon aloi et un aspect pimpant.

 

Cliquez sur les images pour les agrandir.

2018 Auvergne Cantal (1)     2018 Auvergne Cantal (2)     2018 Auvergne Cantal (3)     2018 Auvergne Cantal (4)
             

Les voitures repartent sur des routes plus étroites en direction du bout du monde : Pailherols. Nous découvrons avec bonheur sa petite église et ses maisons en pierres apparentes, coiffées de lauzes et garnies de fleurs multicolores. Un incessant ballet de tracteurs traînant d’énormes remorques nous rappelle que les moissons viennent de commencer.

         
2018 Auvergne Cantal (8)     2018 Auvergne Cantal (6)     2018 Auvergne Cantal (7)
         

Dans un décor de rêve, le repas à « L’Auberge des Montagnes » est excellent. L’idée d’une petite sieste fait plus qu'effleurer certaines spécialistes, mais nous ne dénonçons pas la Chantal la plus amoureuse de Morphée. Dieu merci, nous avons la chance d’avoir trois Chantal !

Il reste de la route à faire pour atteindre Conques, au nord de l’Aveyron, bien au-delà du Cantal, aux confins des frontières de notre nouvelle région. Le paysage change et nous abandonnons les grands espaces ouverts du Cézallier pour les vallées plus encaissées du Cantal, en attendant les gorges de l’Aveyron. Nous doublons ou croisons beaucoup de convois de motos. C’est l’époque !

          
2018 Auvergne Cantal (12)     2018 Auvergne Cantal (13)     2018 Auvergne Cantal (14)
         

L’arrivée à Conques, étape renommée du chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle, laisse planer un doute sur les conditions des reconnaissances préalables. Le convoi dépasse l’entrée du village ! Notre leader, garé sur la seule place ombragée, délaisse tous ses suivants, les laissant cuire à petit feu sous un soleil de plomb. Comme une sourde révolution monte en puissance, le chef finit par faire demi-tour pour gagner le parking promis, mais personne ne trouve son emplacement et les voitures s’éparpillent au gré des rares places vacantes.

Le soleil adulé au début, finit par rendre hargneux, les attentes inutiles aussi. Quel beau révélateur de la personnalité profonde des plus acerbes d’entre nous ! Les critiques fusent contre l’organisation : pourquoi rouler un jour de match de l’équipe de France de football, pourquoi les bas-côtés de la route n’ont-ils pas été tondus, pourquoi la route n’a-t-elle pas été nettoyée devant les fermes, pourquoi ne roule-t-on jamais soleil dans le dos, pourquoi certains kilomètres sont-ils plus longs que d’autres, pourquoi y a-t-il plus de virages à gauche qu’à droite ? Passons sous silence d'autres questions rarement pertinentes, le plus souvent surgrenues !

2018 Auvergne Cantal Conques PanoramaOuf ça y est, les voitures sont garées. Le village de Conques est à la hauteur de sa renommée. Nous visitons le trésor de l’abbatiale Sainte-Foy avant de pénétrer dans l’édifice. Mais où sont donc passés nos organisateurs ? Ils ont soudainement disparu et resteront plutôt discrets sur le but de leur escapade. Nous ne répéterons pas ce que de mauvaises langues insinuent. Par bonheur ou par hazard, nous les retrouvons à la fin de la visite. Quant à Jacques, il ne se laisse jamais influencer : ne va-t-il pas garer sa voiture à l’ombre, loin de l’abbatiale ? Insensible à l’odeur de sainteté, cet impie avéré préfère regarder le match de football sur son téléphone païen.

Volubile, la guide bavarde se complait à n'oublier aucun détail : rien que la description du tympan de l’édifice prend plus d’une demi-heure. Pour notre plus grand bonheur, elle n'a pas le temps de commenter chacun des personnages de la scène. Quant aux fabuleux vitraux signés du peintre Soulages, ils sont loin de faire l’unanimité et par respect pour les amateurs d’art prétendument avertis, on n’en dit pas plus…

         
2018 Auvergne Cantal (15)     2018 Auvergne Cantal (16)     2018 Auvergne Cantal (17)
         
2018 Auvergne Cantal (18)   2018 Auvergne Cantal (19)   2018 Auvergne Cantal (20)
         
2018 Auvergne Cantal (21)     2018 Auvergne Cantal (23)     2018 Auvergne Cantal (24)     2018 Auvergne Cantal (22)
             
2018 Auvergne Cantal (25)   2018 Auvergne Cantal (26)   2018 Auvergne Cantal (27)   2018 Auvergne Cantal (28)
             

Le téléphone de Jean-Paul résonne tout à coup dans le silence pesant de la basilique. Quelle idée aussi d'appeler un brave pélerin qui visite un lieu sacré ! Le moine prémontré chargé d’assurer la solennité du sanctuaire s’approche discrètement, lui met la main sur l'épaule et lui demande non sans malice : « En ce lieu de recueillement, est-ce un appel divin ? ». Que nenni, c’est Martine ou Jean-Pierre, disparus on ne sait où (?), peut-être comme au cours des reconnaissances, qui se manifestent enfin, donnent des signes d’impatience et exigent derechef un retour sans tarder à l’hôtel d’Entraygues-sur-Truyère, capitale d'un soir.

Arrivés à destination, nous entassons toutes les voitures dans la petite cour de l’hôtel « Les Deux Vallées ». Plus question d’ouvrir les portières et il est sûr qu'aucune autre voiture, même une Smart, ne pourra entrer. D’aucuns partent visiter le charmant petit bourg implanté au confluent de la Truyère et du Lot, avant de s’attabler pour dîner le long d’une immense table unique.

         
2018 Auvergne Cantal (29)     2018 Auvergne Cantal (30)     2018 Auvergne Cantal (31)
         
2018 Auvergne Cantal (32)   2018 Auvergne Cantal (33)   2018 Auvergne Cantal (34)
         

La journée du dimanche est tout aussi caniculaire que le veille. Nous longeons le Lot, traversons les villages d’Estaing et d’Espalion avant l’ascension du plateau de Laguiole. Le taureau nous attend sur la place du Foirail. Le tour de la petite cité est vite fait. Aussi surprenant que cela puisse paraître, la plupart des magasins de souvenirs, surtout de couteaux, sont fermés en ce début juillet, alors qu’il y a bien du monde dans les rues.

2018 Auvergne Cantal (35)Nous reprenons la route pour rejoindre Maisonneuve. En suivant son chef inspiré, notre convoi avance doucement, au risque de se faire rattraper par les cyclistes. Un camping-car furibond double brutalement nos voitures par paquets de deux ou trois, grands coups d'avertisseur à l'appui. La jolie Triumph d’Éric à ses vapeurs, elle est toute rouge et il faut lui donner régulièrement à boire, elle aussi ! Heureusement, tout se termine bien.

Au « Moulin des Templiers », c’est la photo de groupe au bord de l’étang avant le repas typiquement cantalou qui nous attend dans un cadre plutôt plaisant. Les plus serviables se battent en duel avec le traditionnel aligot qui fait de la résistance. Bel exercice physique et joli ballet vertical !

             
2018 Auvergne Cantal (36)     2018 Auvergne Cantal (37)     2018 Auvergne Cantal (42)   2018 Auvergne Cantal (41)
             

La prochaine halte a lieu à Chaudes-Aigues. Nous visitons la fameuse source dont l’eau jaillit à 82 degrés. Rafraîchissant, non ! Marie et Jacques comme Chantal et Georges nous abandonnent car ils vont s’arrêter chez Jean-Yves; non loin de là. Chantal et Yves nous quittent et empruntent l’autoroute car ils doivent être à Paris dès ce soir. Jean-Paul prend la tête du convoi et les neuf voitures restantes roulent rapidement jusqu’à Massiac, histoire de réveiller les mécaniques en se ventilant un peu.

         
2018 Auvergne Cantal (43)     2018 Auvergne Cantal (45)     2018 Auvergne Cantal (44)
         

Massiac, étape incontournable ! Bien entendu, nous réorganisons à notre guise la terrasse du « Café du Nord », c’est la tradition du pot de détente. Puis, après les embrassades de rigueur, chacun regagne ses pénates. Nous nous retrouverons dimanche 19 août pour notre pique-nique estival. En attendant, bonnes vacances à tous !

Enfin, bravo à Martine, Jean-Pierre, Marie-Noëlle et Michel pour l’organisation de cette belle sortie, avec un choix de routes exemplaire et des étapes gastronomiques unanimement appréciées. Merci les amis ! Bien sûr que vous avez été excellents. A refaire !

0000 Participants


 
«DébutPrécédent12345678910SuivantFin»

Page 1 sur 11

© Triumph Club de France- Association à but non lucratif - Loi de 1901 - Logiciel Joomla 1.5.26 - Licence GNU/GPL           V02.5