Quoi de neuf ?

0000 Derniers Articles 1 France 1 Verte
Morges 1 Suisse 1
2017 TR Euromeeting 1 France 1 Verte
2017 Event 1 0000 Auvergne 1
2016 Entente Cordiale 1 2016 Drapeau UK 1
Imprimer Envoyer

2017 12 Herald Cabriolet Bandeau BleuTriumph Herald 13/60 cabriolet

 

Une restauration exemplaire

 

Triumph du mois de décembre 2017

Pris sur la toile

 

Cliquez sur l'image pour voir la vidéo

2017 12 Herald Cabriolet 13 60 FaceSurtout pensez à mettre le son...

Durée de la vidéo ; 1 minutes 1/4

0000 Video


 
Imprimer Envoyer

2017 11 Triumph du Mois TR3A BandeauIrrésistible Triumph TR3 !

 

Triumph du mois de novembre 2017

Pris sur la toile

 

Cliquez sur l'image pour voir la vidéo

2017 11 Triumph du Mois TR3A PrésentationSurtout pensez à mettre le son...

Durée de la vidéo ; 2 minutes 1/2

0000 Video


 
Imprimer Envoyer

2017 10 Triumph du Mois TR3 McGuire BandeauLes Triumph TR3A des McGuire

 

Triumph du mois d'octobre 2017

Revue du club national australien TSOA - Triumph Sports Owners Associations

Traduit de l'anglais par Jean-Paul Lamy

 

    Cliquez sur les images pour les agrandir

2017 10 Triumph du Mois TR3 McGuire (2)L'histoire des TR3A des McGuire commence en 1958 lorsque mon père est stationné en Allemagne avec l'armée américaine. Ma mère l'ayant bientôt rejoint en Allemagne, mon père achète sa première TR3A à l'âge de 24 ans.

Je suis né en Allemagne un an plus tard et la TR3 rentre avec nous en Amérique. C’est la voiture familiale jusqu'à la naissance de mon frère l'année suivante. Six ans après avoir acheté la TR3A, les courses de voitures de sport autour de l'Iowa sont l’activité en vogue. En mai 1964, avec l'accord de ma mère, mon père rejoint le DMVR : « Des Moines Valley Region Sports Car Club of America » et apprend à courir à l’école de pilotage Southport, sise à Bloomington dans le Minnesota.

2017 10 Triumph du Mois TR3 McGuire (1)Pour la compétition, la voiture reçoit une roll-bar, un moteur modifié avec des pistons plus gros, un arbre à cames affuté, une culasse rabotée, un overdrive, un pont autobloquant, une démultiplication adaptée, des ressorts avant spéciaux et une barre antiroulis arrière. Mon père connait beaucoup de succès dans sa catégorie, une malle pleine de trophées à l’appui. Tout se termine en 1970, lors de la deuxième épreuve sur piste de Brainerd dans le Minesota. C'est la seule fois où mon frère et moi voyons mon père en compétition et nous ne le reverrons plus jamais en piste.

La voiture reste à la maison jusqu'en 1975, souvent à l'extérieur sous la neige, avant le début de sa restauration. Bien que déjà habile mécanicien, mon père ne peut pas se permettre de financer la réfection de la carrosserie Il achète donc l’outillage de base et acquiert les compétences nécessaires pour faire le travail lui-même. La restauration est achevée en 1991. Peinte en rouge, la voiture est splendide. Son amour irrepressible des Triumph pousse mon père à trouver et restaurer une voiture pour chacun de ses quatre enfants. Ainsi, de 1995 à 2008, mon père fait l'acquisition de quatre autres TR3A. Pratiquement, les voitures sont à divers stades de démontage, laissant apparaître de nombreuses zones corrodées. Toutes les voitures sont restaurées à partir du châssis, mon père faisant lui-même tout le travail, moteur, carrosserie, peinture, avec un peu d’aide de ma mère.

2017 10 Triumph du Mois TR3 McGuire (3) En mars 2008, mon père appelle pour me dire que ma voiture est terminée et que je dois être à la maison pour la présenter en août au salon national « Veteran Triumph Register » du Michigan. C'est la première fois que la famille est rassemblée au terme de trois années. En convoi avec quatre TR3A, nous quittons Des Moines dans l’Iowa pour rejoindre le Michigan. Nous n’empruntons que des routes classiques à deux voies, tout au long des 600 Miles. Mon frère nous rejoint en route, le convoi rassemble alors cinq TR3A. Les seuls problèmes rencontrés sur le trajet sont une pompe à eau fuyarde, un diaphragme de pompe à essence défectueux et une panne de dynamo. Tous ces incidents sont résolus par mon père en cours de route.

La famille toujours en convoi, se présente à l'épreuve sur piste, ce qui transforme cette épreuve pourtant ouverte en challenge familial, chacun de nous emportant un trophée. Lors de la présentation des voitures, je reçois le premier prix pour ma TR3A faisant partie des tout premiers modèles. Au cours du banquet, je reçois le Challenge Ken Richardson, tant pour l’épreuve sur circuit que pour la présentation. Ce n'est pas anodin, car c’est la première fois que je présente et surtout conduis ma voiture, sur les traces de ma famille. En effet, mon père gagne cette compétition en 2004, mon frère en 2007 et ma sœur après moi en 2009.

Agé maintenant de 78 ans, mon père vient de restaurer une autre voiture pour ma mère. Nous dénombrons donc six TR3A dans la famille. Mon père et ma mère conduisent leur voiture le plus souvent possible. Comme ils sont en Australie en ce moment, pourquoi ne pas leur poser de question suivante: seront-ils présents sur l'ancienne piste de Greenwood, à l’occasion du rassemblement TCCV ?

2017 10 Triumph du Mois TR3 McGuire (4) 

Chuck and Charlotte McGuire

 

usaThe Roadster Factory

 

Revue du Vintage Triumph Register - USA
Article non signé - the-roadster-factory.com

 

L'objectif du « Vintage Triumph Register » est d’être le gardien du trophée « Ken Richardson Challenge » et de le remettre en jeu chaque année lors de la convention nationale. Le vainqueur du défi est un amateur de TR2 ou de TR3 qui excelle dans la présentation et la conduite de sa voiture avec une légère préférence pour l’aspect pilotage lors de l’épreuve sur piste. Telle était la volonté de Ken Richardson quand il a confié le trophée au « Vintage Triumph Register », il s’agit de la coupe remportée par l'équipe Triumph au Mans en 1961.

2017 10 Triumph du Mois TR3 McGuire PanoramaSouvent, les vainqueurs du défi annuel sont des membres de la famille de Chuck McGuire basée à Des Moines dans l’Iowa. Chuck, son fils et ses filles ont remporté le trophée, mais seulement Chuck et sa femme sont présents cette année. Chuck n'a pas gagné pour une fois, mais Madame McGuire, âgée maintenant 79 ans, participe pour la première fois à l’épreuve sur piste et termine troisième de sa catégorie. Relèvera-t-elle le défi l’année prochaine ?

 


 
Imprimer Envoyer

Triumph TR BandeauLa série des Triumph TR

 

Triumph du mois de septembre 2017

Déniché sur la toile et traduit de l'anglais par Jean-Paul Lamy

Cliquez sur les images pour les agrandir


La Triumph TR2 est la première voiture de la lignée des Triumph TR, produites en Angleterre par la Triumph Motor Company entre 1953 et 1981. De la TR2 à la TR6, les changements portent davantage sur des évolutions, avec l’abandon en 1965 de l’essieu arrière rigide au profit de d’une suspension à roues indépendantes et l’adoption en 1967 d’un moteur à six cylindres au lieu de quatre.

 A la fin de l’année 1974, Triumph présente une toute nouvelle voiture, la TR7, dotée d’une carrosserie monocoque, d’un moteur à arbre à cames en tête et d’un pont arrière rigide. En 1979, la voiture, dotée du moteur V8 Rover sous l’appellation TR8, est commercialisée parallèlement à la TR7 jusqu’à l’arrêt de la production.

   
2017 09 Triumph du Mois TR (2)     
Triumph TRX « Bullet »  

Première à porter l’appellation TR, la Triumph TR-X, aussi nommée « Bullet », est présentée au salon de Paris fin 1950. C’est une voiture de luxe, avec une carrosserie très stylisée constituée de panneaux d’aluminium, des roues arrière dissimulées, la manœuvre du toit, des vitres, des sièges, des phares commandés par un système de vérins hydro-électrique, comme la grande antenne radio. La TR-X reprend le châssis et le moteur de la Standard Vanguard avec un empattement de 94 inches, la suspension de la Triumph Renown, un overdrive électrique Lecocq de Normanville. La vitesse de pointe est estimée à 90 mph, soit 140 kilomètres à l’heure.

La production de la TR-X est abandonnée après la construction de trois prototypes. Certains des dispositifs hydro-électriques cassent lors d’une démonstration de la TR-X à la princesse Margaret, Comtesse de Snowdon. Standard s’avère dans l’impossibilité de produire de manière bénéficiaire une voiture aussi compliquée. De surcroit, la voiture n’est pas compétitive face à la Jaguar XK120. Les carrossiers Fischer and Ludlow et Mulliner refusent de produire la carrosserie de la TR-X. Les négociations échouent aussi avec les carrossiers italiens Carrozzeria Touring et Pininfarina. Enfin, des ruptures d’approvisionnements dues à la guerre de Corée impactent la production des TR-X. Deux des prototypes sont vendus en 2011, ils existeraient toujours.

Sir John Black, le président de Standard-Triumph, souhaite une voiture de sport pour concurrencer Morgan, firme qu’il avait tenté d’acheter autrefois. Black ordonne le lancement d’une voiture de sport utilisant un châssis, un moteur et des suspensions existants, dotée d’une carrosserie peu chère à produire. Parmi les objectifs fixés, un prix de vente d’environ 500 livres.

    2017 09 Triumph du Mois TR (3)
  Triumph TR20TS

Le résultat est la Triumph 20TS, présentée en octobre 1952 au salon de Londres. L’appréciation du public est plutôt nuancée. Si le style de l’avant de l’auto et sa vitesse de pointe font l’unanimité, ce n’est pas le cas pour l’intérieur étriqué, l’arrière de l’auto trapu et l’absence de coffre à bagages. Le pilote d’essai de BRM, Ken Richardson, est invité à conduire la voiture. Son opinion sur le comportement de la voiture conduit à son intégration au sein de l’équipe de développement de l’auto.

Le développement de la 20TS et son « restyling » aboutissent à une voiture plus longue, dotée d’un coffre à bagages plus grand, adoptant un tout nouveau châssis avec des suspensions et des freins revus, un moteur plus puissant. C’est ainsi que le Triumph TR2 fait son apparition en 1953 au salon de Genève. C’est l’aînée de la longue lignée qui conduira jusqu’à la TR6.

     
2017 09 Triumph du Mois TR (4) 2017 09 Triumph du Mois TR (5) 2017 09 Triumph du Mois TR (6)
Triumph TR2 Triumph TR3 Triumph TR3A
     

La TR3, présentée en 1955, arbore une grille de calandre et étrenne un moteur plus puissant. En octobre 1956, les freins avant abandonnent les tambours de 10 inches pour des disques de 11 inches. La TR3 fait l'objet d'un « lifting » en 1957 et reçoit un moteur de 2,2 litres. La voiture ainsi revue est connue sous l’appellation TR3A. Disponible depuis 1962, une évolution de l’auto, outre le moteur plus puissant, est dotée d’une boîte de vitesses entièrement synchronisée pour sa dernière année de production. Cette dernière version est désignée non officiellement TR3B (NDLR : Elle est apparue après la présentation de la TR4 et était essentiellement destinée au marché américain).

Présentée en 1961, la TR4 est dotée d’une toute nouvelle carrosserie signée Giovanni Michelotti. La TR4 évolue en TR4A en adoptant une suspension arrière à roues indépendantes. En 1967, la lignée des TR monte en gamme avec l’adoption de freins assistés et du moteur six cylindres de 2,5 litres déjà monté dans la Triumph 2000. On distingue deux différentes versions, la TR250 destinée au marché américain dotée de deux carburateurs Stromberg et la TR5 équipée d’une injection d’essence Lucas pour le reste de la planète.

   
2017 09 Triumph du Mois TR (7) 2017 09 Triumph du Mois TR (9)
Triumph TR4 Triumph TR4A IRS
 2017 09 Triumph du Mois TR (8)  2017 09 Triumph du Mois TR (10)
Triumph TR250 Triumph TR5
   

La TR250 et la TR5 sont remplacées en 1968 par la TR6, la version destinée aux Etats-Unis conservant ses carburateurs. La nouveauté de la TR6 est son nouveau style, aves les extrémités avant et arrière redessinées par le carrossier allemand Karmann, donnant à la voiture une apparence plus contemporaine. La suspension avant est dotée d’une barre antiroulis.

     
2017 09 Triumph du Mois TR (11) 2017 09 Triumph du Mois TR (12) 2017 09 Triumph du Mois TR (13)
Triumph TR6 Triumph TR7 Triumph TR8
     

Note du traducteur

La lignée des Triumph TR n’a rien d’homogène et il semble inapproprié de dire que les changements intervenus sur les modèles ne sont que de simples évolutions. Parler de continuité entre la Triumph TR20-TS et les dernières versions de la TR3 semble légitime. En revanche, la TR4 est en rupture très nette avec le modèle précédent, c’est un cabriolet et non plus un roadster. L'auteur ne fait pas la distinction entre la TR4A et la TR4A IRS. La structure centrale de la carrosserie ne changera plus, de la TR4 à la TR6, même si les moteurs passent de quatre à six cylindres en ligne. Enfin, les TR7 et TR8, à caisse monocoque moderne et non plus à châssis séparé, utilisant d’autres mécaniques, n’héritent en rien des modèles précédents.

 


 
Imprimer Envoyer

2017 08 Triumph du Mois Spitfire BandeauLes 50 ans de la Triumph Spitfire à Précy-sur-Oise

 

Triumph du mois d'août 2017

 

Comme le temps passe ! Il y a bientôt cinq ans, le club cousin « L'Amicale Spitfire » a organisé les 22 et 23 septembre 2012 une grande manifestation nationale à Précy-sur-Oise pour fêter le cinquantième anniversaire de la Triumph Spitfire. Nous vous proposons cette vidéo originale.

2017 08 Triumph du Mois Spitfire copie

 

0000 Video



 
«DébutPrécédent12345678910SuivantFin»

Page 1 sur 12

© Triumph Club de France- Association à but non lucratif - Loi de 1901 - Logiciel Joomla 1.5.26 - Licence GNU/GPL           V02.5